Posted on

Quelques conseils pour la diffusion sécuritaire d’huiles essentielles

huiles-essentielles

La diffusion sera surtout employée dans les cas suivants :

Problèmes nerveux ou psychologiques, l’huile monte directement au système limbique de notre cerveau, le quartier général de nos émotions. Selon les propriétés de l’huile respirée, le système limbique va ordonner de sécréter telle ou telle hormone, neuromédiateur, substance immunitaire, etc, parfait donc pour stimuler ou au contraire apaiser et inviter au sommeil ou au calme. Pour désinfecter une pièce, un local ou une chambre d’enfant. Quelles sont les meilleurs huiles essentielles à diffuser?

Respiratoires: eucalyptus, pin, thym à thuyanol, lavande, romarin officinal ou ravinsara.

Toniques: Romarin, géranium, ylang-ylang, citron, pin ou épinette noire.

Calmantes: lavande, orange, petit-grain, mandarine, bergamote ou verveine citronnée.

Antimicrobiennes: pamplemousse, sapin, géranium ou pin.

Il est aussi possible de se procurer des mélanges d’huiles essentielles déjà préparés. Généralement, les huiles choisies sont sans danger et appropriées à la condition mentionnée sur l’emballage.

Quelles huiles essentielles ne pas diffuser?

Les huiles essentielles riches en phénols (origan compacte, cannelle du Ceylan, clou de girofle, thym saturoide, sarriette…) peuvent être irritantes pour les voies respiratoires et ne sont pas adaptées à la diffusion atmosphérique ou à l’inhalation. Il est possible de les employer en diffusion en faibles quantités (0,1 a 0,5%) dans les mélanges avec d’autres huiles essentielles moins agressives (agrumes, lavande vraie) Ne pas diffuser d’huiles essentielles riches en cétones (menthe verte, thuya occidental, menthe poivrée, sauge officinale, romarin à camphre) surtout en présence d’enfants. La diffusion et l’inhalation d’huiles essentielles sont déconseillées chez les asthmatiques (notamment lors d’une crise) et la prudence est de mise chez les jeunes enfants et les personnes âgées. Il est important de ne jamais pratiquer la diffusion d’huiles essentielles en continu dans une pièce close, sans aération. Une diffusion prolongé peut saturer l’air en molécules aromatiques et risque d’entraîner une irritation des muqueuses respiratoires. D’autre part, il ne faut pas trop faire chauffer les huiles essentielles. En effet, les hautes températures les dénaturent et détruisent leurs propriétés. Il faut donc bien respecter les précautions d’emploi figurant dans la fiche technique de chaque huile essentielle.

Extrait de TOPO sept. 2016

Circulaire santé de L’Essentielle – Novembre 2016- Imprimable