Posted on

Circulaire Santé d’Avril 2017 de L’Essentielle

Profitez bien du printemps
Profitez bien du printemps

La Circulaire Santé de mars 2017 de L’Essentielle est en ligne :

Les chroniques santé: 

Les recettes santé :

 Version ImprimableCirculaire Santé de L’Essentielle Avril 2017

Posted on

Fromage de noix de cajou

Fromage de noix de cajou
Fromage de noix de cajou

-Trempage: 4 heures
-Préparation: 20 minutes
-Fermentation: 12 heures
-Donne: environ 500 ml (2 tasses)
-Ustensile: mélangeur

Ingrédients:
-300 g (2 tasses) de noix de cajou
-180 ml (3/4 tasse) d’eau
-1 ½ c. à soupe de miso ou 2 c. à soupe de fromage de cajou déjà fermenté
-1 ½ c. à thé d’huile de noix de coco, fondue
-1 c. à soupe de jus de citron
-¼ c. à thé de sel de mer

Préparation:
-Faire tremper les noix de cajou pendant 4 heures, puis bien rincer. Jeter l’eau de trempage.
-Mettre les noix de cajou, l’eau et le miso au mélangeur.
-Réduire le tout en crème jusqu’à la disparition de tous les morceaux de noix de cajou.
-Mettre dans un saladier et couvrir d’une pellicule plastique touchant le fromage: il s’agit d’une fermentation qui se fait sans air.
-Laisser fermenter 12 heures, à la température de la pièce.
-Une fois fermenté, incorporer à la spatule, l’huile de coco fondue, le jus de citron et le sel de mer.

Se conserve 10 jours au réfrigérateur.

Extrait de « Crudessence » de David Coté et Mathieu Gallant.

Posted on

Tarte au sirop d’érable et aux pacanes

Tarte au sirop d'érable et pacane
Tarte au sirop d’érable et pacanes

Ingrédients:
-1 abaisse de tarte
-250 ml (1tasse ) de sirop d’érable
-125 ml (1/2 tasse) de sucre
-125 ml (1/2 tasse ) de beurre
-3 œufs
-250 ml (1 tasse) de flocons d’avoine
-180 ml (3/4 tasse) de pacanes entières

Dans un chaudron à fond épais, associer le sirop, le sucre et le beurre qu’on fait bouillir durant une minute. Réserver

Dans un bol, battre les œufs auxquels on ajoute l’avoine et les pacanes. Une fois la préparation bien homogène, y verser le mélange sucré refroidi. Brasser puis répartir le tout dans l’abaisse.

Cuire au four à 180° C (350° F) durant 35 minutes.

Variantes: on peut varier les noix et remplacer les flocons d’avoine par des flocons d’épeautre.

Extrait de « Le Festin Quotidien de Yves Gagnon »

 

 

 

 

 

Posted on

Poulet Moamba au beurre d’arachides

Recette de la République Démocratique du Congo

Poulet Moamba au beurre d'arachides
Poulet Moamba au beurre d’arachides

Ingrédients : (pour 2 personnes)
-2 cuisses de poulet
-½ cube de concentré de poulet
-Ciboulette à volonté
-1 oignon
-200 g de tomates pellées
-1 gousse d’ail
-100 g de beurre d’arachide
-Muscade (facultatif)

Préparation: Écraser et enrober du demi cube de concentré de poulet  les 2 cuisses de poulet et ajouter l’ail en petits morceaux. Mettre au four jusqu’à ce que ce soit cuit.

Entre temps mettre de l’huile dans une casserole, ajouter les 200g de tomates pellées, l’oignon en petits morceaux, ciboulette et cuire 5 minutes. Ensuite ajouter un peu d’eau et une pincée de muscade.  Ajouter les 100 g de beurre d’arachides et baisser le feu.  Laisser cuire 15 minutes en brassant souvent sinon le beurre d’arachides colle à la casserole. Sortir le poulet du four et mélanger à la sauce pour lui donner la saveur ou sinon servir à côté avec du riz.

Bon appétit.

 

 

Posted on

Mmm, du vieux sirop !

Production du sirop d'érable.
Production du sirop d’érable.

D’un point de vue moléculaire, la nouvelle cuvée de sirop d’érable est vieille de quelques années, du moins partiellement. Une équipe composée de chercheurs allemands et québécois vient en effet de montrer que les molécules de carbone constituant le sucre du sirop ne proviennent pas seulement des réserves qui sont accumulées depuis plus de cinq ans.

Ces résultats nous permettent de mieux comprendre le métabolisme des arbres, notamment comment il stockent le carbone pour mieux l’utiliser plus tard. Ce stockage pourrait permettre aux érables de mieux survivre à d’éventuels stresseurs, comme des sécheresses et des attaques d’insectes.

Extrait de: Quatre-temps. Printemps 2017. Revue de vulgarisation scientifique publiée par les Amis du Jardin botanique de Montréal depuis plus de 40 ans www.amisjardin.com/fr/revues/quatre-temps#scrolltab

 

Posted on

Les Cures de détoxication

Organes à détoxifier: poumons, foie, reis, sang, vessie.
Organes à détoxifier: poumons, foie, reins, sang, vessie.

1- Pourquoi?
-Repos du système digestif.
-Élimination des déchets et toxines accumulés.
-Prévention.
-Rajeunissement
-Calme mental et développement spirituel.
-Perte de poids.
-Accoutumances.

2- Quand?
-Printemps.
-Nouvelle lune ou pleine lune.
-Période ou les responsabilités extérieures sont minimes.

3- Qui?
-Surtout les types flegmatiques (type EAU), qui ont tendance à l’obésité ou à l’accumulation de mucus.
-Les types bilieux (type FEU), et sanguins (type AIR), doivent être plus prudents et ne pas dépasser 4 jours.

4- Le Rythme de la cure
-14 heures par jour, se terminant par le déjeuner.
-Sauter un repas par semaine, soir ou matin.
-Sauter deux repas consécutifs par semaine.
-1 jour par semaine.
-2-3 jours par mois.
-1 semaine par an.

5- Préparation à la cure
-Préparation psychologique, surmonter la peur.
-Préparation alimentaire: réduire ou éliminer la viande, produits laitiers, gras, sucres, et tout aliment non naturel.
-Repos, se retirer à l’intérieur de soi .

6- Choix de la cure
-Selon le Yin et le Yang.
-Selon les types Air/Eau/Feu.
-Selon mon poids.
-Selon mon environnement extérieur et ma capacité psychologique.

7- Types de cures
-À l’eau, distillée ou une eau douce.
-Aux jus-légumes, pour perdre du poids
-fruits, pour garder du poids-Au bouillon de légumes.
-Aux tisanes (pissenlit, bardane, trèfle, ortie, etc)
-À  l’herbe de blé.
-Aliment solide unique (ex: riz brun, raisin frais, etc,)
-Combinaison de plusieurs types.

8- Détoxiquer vs tonifier
-La détoxication requiert énergie et chaleur.
-Éviter de détoxiquer aux dépens de son énergie vitale (KI).
-Alterner détoxication et tonification.

9- Les Adjoints à la cure
Il s’agit de stimuler tous les organes de détoxication ou élimination à fonctionner de façon optimale :
-La peau: gant à friction, sauna à l’infra rouge.
-Les poumons: bonne ventilation, exercices de respiration, herbes diaphorétiques.
-La langue: grattoir à langue (rebord d’une cuillère).
-Le sang: herbes dépuratives. (bardane, pissenlit, chlorophylle )
-Le foie: herbes cholagogues ou hépatiques. (racine de pissenlit, aloe vera, camomille)
-L’intestin: lavement, herbes laxatives, fibres douces (graines de lin moulues, psyllium.)
-Les reins: il est essentiel que les reins soient en mesure de filtrer toutes les toxines rejetées dans le sang. Si les reins sont faibles, utiliser un tonique pour les reins avant et durant le cure (genévrier, queues de cerises, prêle, ortie).

10-  Exemple de cures:
Spiruline; nettoie le sang et l’intestin:
-Utiliser en poudre ou comprimés, avec eau, jus ou tisane.
-Quantité: 1 à 2 c. à thé par jour, ou 6-8 comprimés.
-Pour perdre du poids: prendre ½ heure avant les repas.
-Pour gagner ou maintenir du poids: prendre aux repas.

Cure de riz: utiliser riz naturel bio, boire de l’eau,  de la tisane de camomille, durant 3 à 10 jours.

Extrait de « Les cures de détoxication » (Mai 1988), par  Carmelle Desrosiers,
de L’A.P.R.A.S. (Association des Personnes Ressources en Alimentation Saine)

 

Posted on

Les Enzymes

« Crudessence » de David Coté et Mathieu Gallant
« Crudessence » de David Coté et Mathieu Gallant

Ces petits êtres vivants sont bien populaires dans le monde du crudivorisme, mais parfois mal compris.

Les enzymes sont des protéines fonctionnelles qui existent dans la nature sous des milliers de formes. Réels catalyseurs de processus biochimiques, elles permettent une accélération de la digestion des aliments et participent directement à la construction des tissus de notre corps. Il y a des enzymes métaboliques et des enzymes digestives.

Plusieurs crudivores affirment qu’un aliment auquel on à épargné la cuisson conserve toutes ses enzymes et que celles-ci digéreront l’aliment dans l’estomac. Voila une demi-vérité. La chaleur détruit en effet la vie enzymatique et, donc, cuire un aliment nous empêchera de profiter pleinement de ses effets. Par contre, après digestion, l’enzyme sera détruite en raison du PH très acide de l’estomac (pH de 3) et transformée en acides aminés,  « Inutile de manger cru » direz-vous.

Cependant, les recherches du Dr. Gabriel Cousens confirment que les enzymes contenues dans un aliment seront utiles à la digestion de celui-ci durant la première heure de digestion, pendant laquelle le pH de l’estomac est viable (pH de 5). De plus, les enzymes digérées, transformées en acides aminés, sont de bien meilleure qualité que des enzymes détruits par la cuisson.

Les enzymes sont le feu de la vie qui nous aide à transformer les aliments avant leur ingestion. En effet, le trempage, la germination et la fermentation sont l’art d’utiliser la puissance des enzymes à l’extérieur de notre corps. Ces micro-cuisiniers font un grand travail, allégeant ainsi notre propre digestion.

Extrait de « Crudessence » de David Coté et Mathieu Gallant